« Questions - réponses »

Tout d'abord, bonne année 2017 à tous mes lecteurs et passionnés de chevaux. Que vos vœux et souhaits les plus chers puissent se réaliser !
Pour cette  première chronique de l'année, j'ai pensé publier quelques questions variées qui m'ont été adressées au cours des 6 derniers mois ainsi que les réponses suggérées à partir de mes expériences.
Comme vous serez à même de le constater, les problèmes entre cavalier et cheval sont multiples, mais on peut déceler la bonne volonté et l'amour inconditionnel des propriétaires vis-à-vis leur animal.


1. Guinness, pouliche de 8 mois
Question de Catherine:
Avez-vous des conseils pour ma jeune jument de 8 mois s'il vous vous plaît ?
Contexte : Guinness 8 mois vit dans un petit pré avec sa mère Jade 7 ans.

Je rencontre 2 difficultés :
1- quand un animal ou un enfant plus petit qu'elle pénétre sur son territoire elle cherche à l'agresser. Elle a déjà tapé un chien qui était entré dans le pré. Pour l'enfant je me suis interposée en la grondant mais elle a franchement manifesté des signes d'agressivité;
2- elles sont dans ce nouveau pré depuis le mois d'août.  Avant je pouvais la faire marcher au licol sans soucis.  Maintenant elle fera quelques pas et part à fond de galop (je libère la longe dans ces cas là) et fait sa folle (ruades ...) en retournant près de sa mère. Je retourne près d'elle calmement et je recommence ...je finis la mini séance par la faire reculer et pousser ses hanches et ses épaules pour qu'on reste sur un mini succès !

Que dois je faire face à ses comportements agressifs sur les petits animaux ou enfants ?
Dois-je continuer mes mini séances de marche en main ou la laisser grandir tranquille ?
Merci par avance pour vos conseils

Réponse:

 
Je vois que tu as quelques problèmes avec ta pouliche de 8 mois qui est encore au pré avec sa mère. Comme tu le dis toi-même, elle te suit un peu, puis s'emballe pour aller rejoindre sa mère.
Je crois que tu auras les mêmes ennuis tant que ta pouliche ne sera pas tout à fait sevrée de sa mère. Elle aura, bien sûr, des réactions déplaisantes au début, mais après quelques temps, tu pourras travailler mieux avec elle parce que tu auras toute son attention.
En étant agressive avec les intrus dans le champ, elle veut prouver à sa mère qu'elle est maintenant capable de se débrouiller seule et qu'elle a assimilé ses enseignements. Un peu comme un(e) ado en pleine crise d'identité. Lorsque tu l'auras séparée de sa mère, elle sera à même de comprendre que sa vie vient de changer et qu'elle est régie par de nouveaux codes que tu lui inculqueras : discipline, respect, obéissance, acceptation et complicité.
Donc, du travail à faire des 2 côtés (toi et ta pouliche), mais tu verras qu'une fois la séparation faite, tout devrait revenir à la normale. Tu dois arriver à remplacer sa mère (état naturel et sauvage toujours sur la défensive où les intrus sont considérés comme des prédateurs dérangeants) et passer à l'apprivoisement reposant sur la quiétude, la sérénité et le calme.
Je te conseille de te mettre au plus tôt au boulot parce que ta pouliche prend, avec le temps, de plus en plus de caractère.
En espérant que ces quelques recommandations sauront t'aider.



2. Cheval "gaspillé"
Question de Yves:

Je viens à nouveaux vers vous car je rencontre un problème avec un cheval dont j'aurai voulu m'occuper.
C'est une jument de 10 ans que la propriétaire n'ose plus monter à cause de son comportement. C'est un cheval qui a fait principalement de la ballade, son ancien propriétaire lui avait dit qu'il fallait la longer 1/2 heure avant de la monter.
J'ai été la voir, la jument était en prairie, je l'ai prise à la corde dans le padock, elle était très respectueuse, elle me suit, s'arrête derrière moi, je lui ai mobilisé les hanches et les épaules sans problème, en liberté elle vient vers moi et se laisse caresser partout.
Dès que je lui met la longe et lui demande de bouger, elle devient nerveuse, elle commence à trotter, tirer et fait demi-tour d'elle même près de la sortie, j'ai alors raccourci la longe et dans le calme je l'ai fait juste marcher.
On lui a ensuite mis une selle western et brider, au montoir comme elle bougeait, je l'ai mise en flexion d'encolure en attachant la renne gauche au pommeau de la selle et après plusieurs essais (mis le pied à l'étrier, descendre, lui faire bouger les hanches), j'ai su me mettre en selle mais quelque seconde après elle a cassé la bride, s'est mise droite et s'est cabrée (j'ai sauté du cheval sans mal et la jument est redevenue calme).
Le cheval n'avait plus été monté depuis 10 mois. La propriétaire me dit que quand elle la montait, après l'avoir longé, dès qu'elle mettait la selle, la jument était impatiente, elle devait partir tout de suite mais si dans les 10 première minutes elle devait s'arrêter le cheval se cabrait ou partait en sauts de moutons et après se comporterait normalement, personnellement, j'ai eu l'impression de monter un cheval qui avait peur d'être monté et qui a une appréhension en voyant la longe.
Pourriez-me conseiller et m'éclaicir sur son comportement ?

Réponse:


Petits problèmes à ce que je vois avec cette jument.

Il y a toujours moyen de ramener un cheval à la raison. Comme je peux voir, la jument a pris de bien mauvais plis. J'ai l'impression qu'on a essayé de la corriger, mais qu'on n'a pas utilisé les bonnes manières et les bons outils :
1. lorsqu'on épuise un cheval en le faisant longer, on ne lui donne pas le goût de travailler avec nous.
2. maintenant qu'elle fuit la longe comme la peste, il faut changer de manière absolument : faire longer en liberté dans un manège restreint, attendre les signaux habituels de l'animal qui accepte ce qu'on lui demande.
3. pour aider à faire oublier les écarts en selle, il faudrait peut-être penser à travailler à cru de la même manière que lorsqu'on débourre un poulain.

Ce que j'aime beaucoup moins chez cette jument, ce sont les sauts de mouton en selle : bien difficile à corriger. Quant au câbrage, il y a bien des moyens de remédier à cela. On peut employer un tie down bien ajusté. Sinon, il faudra penser à faire culbuter le cheval vers l'arrière en ayant pris soin de se dégager au bon moment. Ces façons de faire amènent le cheval à se corriger par lui-même.
Finalement, cette jument est pas mal "gaspillée". Tu devras mettre beaucoup de temps pour la ramener. Il serait important aussi que l'ancien proprio te donne l'heure juste pour essayer de comprendre la raison de ces écarts de conduite. Tu devras aussi savoir lire entre les lignes parcce que bien des cavaliers ne savent pas trop ce qu'ils font de mal vis-à-vis un cheval.
Je te souhaite bonne chance parce que tu as tout un contrat qui t'attend. Mais avec le temps et de la patience, tu devrais avoir de bons résultats.



3.
Cheval laissé à lui-même.
Question de Lauriane

J'ai pu lire votre site que j'ai trouvé intéressant et de ce fait j'aimerais vous demandez des conseils.
Je m'occupe des chevaux à un ami, ces juments n'ont pas été montés depuis 3 ans. Ignorant cette information, je les ai sellées et suis parti en balade avec elles, promenade qui s'est avérée très dangereuse.

Ces juments sont extrêmement craintives et n'ont absolument pas confiance en l'être humain.
J'ai passé beaucoup de temps à les brosser et jouer avec elles afin qu'elles voient que je ne veux que leur bien. Cependant, aucune relation ne s'est créée. Elles refusent toutes approches...

Je suis très attachées à ces juments qui sont extraordinaires, seulement je ne sais pas comment m'y prendre pour qu'elles aient confiance en moi et que la balade soit agréable autant pour elles que pour moi.
En balade, elles refusent de partir de l'écurie. Une fois qu'elles ont parcourue 200m, elles vont commencer à stresser et refuser toutes demandes de ma part.

Elles vont devenir violentes afin qu'on rentre à l'écurie. J'ai essayé de résister et leur montrer que c'était moi qui décidait, mais cela est beaucoup trop dangereux. De plus, elles ne prennent aucun plaisir.
Auriez-vous des idées de comment je pourrais gagner leur confiance, comment leur redonner envie de partir en balade et pas que ce soit une contrainte ?

Je pensais à prendre soin d'elle et travailler avec elles dans le parc à la longe pour commencer en les récompensant soit par des caresses soit par des bonbons quelques fois.

Qu'en pensez-vous ? Auriez-vous d'autres idées afin que tout s'arrange ?

Réponse:


Comme ces juments n'ont pas travaillé et ont été laissées  à elles-mêmes, il est assez normal que leur rapport avec l'humain ne soit plus ce qu'il était. Ce fut une très mauvaise idée de partir en randonnée et vous êtes chanceuse qu'il ne vous soit rien arrivé de plus fâcheux.

Un cheval qui n'a pas été monté depuis un bon moment doit réapprendre à travailler. Longe, désensibilisation, travail au licou au sol en manège restreint sans selle et avec la selle font partie de la remise à niveau.  Bien sûr, au début, le cheval se montrera récalcitrant et vous devrez le forcer à travailler par une discipline sévère et sans faille. Vous verrez qu'à la 2 ième séance, il tardera à aller rejoindre ses congénères et demeurera plus longtemps près de vous. Les premières séances d'entraînement ne devraient pas durer plus d'une heure. Mais il faut que le cheval cède à vos demandes. A ce moment, travaillez plus relaxe et laissez-le tranquille jusqu'au prochain entraînement. Au bout d'une semaine, vous serez à même de constater une nette amélioration. Le cheval acceptera de suivre vos directives et vous sentirez petit à petit qu'il éprouve un certain plaisir à être en votre compagnie et à travailler de concert avec vous. Pour ce qui est des gâteries, seulement à la fin de la séance.

Tout dépendant du caractère et de la docilité du cheval, je vous suggère 3 à 4 séances de remise à niveau par semaine pendant 3 semaines avant d'envisager de partir en randonnée. Et l'idéal, pour vous, serait d'être accompagnée d'un cavalier d'expérience sur un cheval qui connaît bien le sentier que vous emprunterez. Suivez d'assez près le cheval d'expérience pour l'aller, placez-vous à ses côtés à un moment donné, prenez les devants mais, sur le chemin du retour, demeurez derrière pour éviter les pépins...

Vous devez vous préparer à un petit chantier avec ces chevaux, mais j'ai pu constater que vous les aimiez assez pour mettre les efforts, la rigueur, l'assiduité et la régularité nécessaire.
Je vous souhaite bonne chance et je sais que vous arriverez à queque chose de bon avec ces montures.



4. Cheval rébarbatif à l'approche de l'homme.
Question de Yves

Depuis que mon cheval est en prairie, il refuse de me suivre pour aller à l'écurie pour le faire travailler.
J'arrive à l'approcher et à lui mettre le licol mais après quelques mètres, il se cabre et fait demi-tour au galop.
Ensuite, quand je l'approche il part, je le fait alors partir avant même qu'il s'enfuit pour lui montrer que je suis le dominant,
après un certain et en adoptant une autre attitude, il se laisse à nouveau approcher mais dès que je veux le ramener
il s'enfuit à nouveau. Pourriez-vous me dire ce que je dois faire sachant que la prairie est très grande ?

Réponse:

Il y a bien des façons de faire cesser ce stratagème.

Tout d'abord, votre cheval vous signifie qu'il se sent très bien en liberté dans le pré.
Je vous conseillerais de lui laisser son licol. On a remarqué, chez certains chevaux, que sans le licol ils pouvaient se sentir comme à l'état sauvage. En leur remettant le licol, leur attitude s'en trouvait automatiquement changée.

Ensuite, il serait bon d'installer une routine. Comme le cheval sait que vous allez vers lui pour l'entraînement et le travail, il choisit la liberté des grands espaces.
Donc, la prochaine fois, amenez un petit plat de moulée, une pomme ou une carotte et ne tentez pas de le ramener avec vous. Il vous associera aux gâteries plutôt qu'au travail.
Petit à petit, laissez-le venir à l'écurie par lui-même chercher ses petites douceurs. Ne cherchez toujours pas à l'attraper.
S'il est en troupeau, servez-vous d'un autre cheval que vous gâterez avec des friandises. Le cheval viendra à vous de lui-même. C'est un exercice de longue haleine.

Ce comportement chez un cheval est assez déplaisant parce queq le cavalier a tendance à s'impatienter. Il ne faut pas le faire fuir ni le forcer parce que la situation ne fera qu'empirer.
Il faut commencer au début comme si on apprivoisait le cheval. N'allez pas trop vite, gardez votre calme et soyez zen !!!



5. Faire le bon choix
Question de Mallow
 
J'ai lu votre article sur "le poulain, de la naissance à 3 ans ". J'aurais certaines questions, je souhaite m'offrir un poulain de 6 mois de la race de trait breton et je me pause beaucoup de question sur le débourrage. J'ai encore beaucoup de temps mais ma mère pense qu'il est préférable que j'en prenne un de 2 ans.
Personnellement j'ai peur du passé, le cheval en question est un cheval de 2 ans réformé des courses. Je souhaite prendre celui de 6 mois pour le façonner à ma façon et avoir une relation privilégiée.
Pensez-vous que ce sera pareil avec celui de 2 ans? Je crains le passé. Je vais aller visiter l'endroit où il est. Quand pensez-vous?

Réponse:
 
Tout d'abord, merci de faire appel à mon expérience. Et j'essaierai de répondre à tes questions du mieux que je peux.

1. le jeune poulain de 6 mois :
C'est sûr que si tu as beaucoup de temps à lui consacrer, tu auras des résultats surprenants parce qu'il sera attaché à toi et que les liens resteront gravés.
Toutefois, il faut mettre beaucoup de temps et surtout de la régularité. As-tu les connaissances nécessaires et les installations requises pour manipuler, entraîner et débourrer ce poulain ?

2. le cheval de 2 ans réformé des courses :
Les poulains réformés des courses ont joui d'une éducation suivie et possèdent déjà des bases importantes en dressage, manipulation et contact avec l'humain. Reste à savoir s'il n'est pas affublé de problèmes ( articulation, tendon ou autre), n'a pas été maltraité ou battu ou s'il n'est pas tout simplement assez rapide pour la compétition. Tu devras poser les bonnes questions aux bonnes personnes... pour avoir l'heure juste.
S'il a un bon caractère et si le 1 ier contact se fait bien avec toi, ce serait peut-être un bon choix pq tu viens de gagner 1 1/2 an de travail déjà fait pour, probablement, le même prix à l'achat.

Mais la décision finale te revient. C'est un pensez-y bien.



Prochaine chronique: Questions - réponses (suite)



N'hésitez pas à me faire part de vos commentaires, questions, suggestions de chroniques ou autres à ranchdesnoyers@hotmail.com